Les différentes techniques Ostéopathiques

STRUCTURELLES :

Le structurel ou plus exactement l’appareil musculo-squelettique est composé de différentes structures : os, muscles, tendons, ligaments, articulations et appareil locomoteur.

Le traitement ostéopathique passe par une série de mobilisations et de manipulations qui a pour but de redonner une amplitude de mouvement correcte à l’articulation.

Il existe différents types de techniques :

  • Les techniques directes (HVBA).

Elles ont pour but de libérer un blocage articulaire via une légère impulsion. Souvent cette technique s’accompagne d’un petit bruit à type de craquement. Ce dernier est dû à la décoaptation (écartement des surfaces articulaires) de l’articulation. Le craquement ne rend pas compte de la réussite de la technique.

« Le craquement n’est pas un critère auquel se fier. Les os  ne craquent pas toujours quand ils se remettent en place, pas plus que le craquement ne signifie qu’ils sont correctement ajustés » Andrew Taylor Still

  • Les techniques articulaires.

Mobilisation de façon répétée d’une zone qui a perdu sa souplesse. Ces techniques travaillent à la fois sur les articulations, les muscles et toutes les structures environnantes.

  • Les techniques musculaires

Appliquées sur les muscles, elles permettent également de libérer un blocage articulaire via des « contracter/relâcher » du patient dans des paramètres guidés par l’ostéopathe. Cette technique agit sur le fonctionnement du muscle ainsi que sur le message nerveux qui le contrôle.

  • Les techniques fasciales

S’appliquent sur le tissu du corps appelé « fascia » : tissus présent dans tout l’organisme, il forme une grande membrane (un lien d’unité du corps) qui recouvre et sépare chaque structure du corps afin de les faire glisser les unes par rapport aux autres. Ce tissus protège, soutient, et nourrit chaque parcelle de notre organisme.

Dans ce type de techniques, l’action est si subtile que le ressenti du patient est presque absent. Ces techniques ont une action de rééquilibration spécifique et globale et agissent en profondeur.

 


VISCERALES :

L’ostéopathie viscérale s’intéresse entre autres à la façon dont les organes vont glisser les uns par rapport aux autres lors de la respiration. Cette dynamique viscérale peut être réduite, voir disparaître et peut être à l’origine d’une perturbation du fonctionnement d’un organe. Cela pouvant s’accompagner de symptômes (ballonnement, reflux…) et/ ou créer des déséquilibres responsables de douleurs locales, ou à distance.

En appliquant une approche palpatoire douce, l’ostéopathe permet à l’organe de retrouver sa physiologie et de corriger les troubles liés à cette restriction. Les techniques spécifiques employées vont travailler à la fois sur le(s) viscère(s), mais aussi sur toutes les structures adjacentes (ligaments, fascia, muscles et articulations).

 


CRANIENNES :

Le concept de l’unité fonctionnelle crâne/sacrum, est basé sur l’existence des méninges et notamment de la dure-mère qui s’insère sur ces deux structures osseuses et crée ainsi un lien. L’ostéopathe est capable de ressentir ce mouvement subtil au niveau de ces deux extrémités de la colonne et de réaliser des techniques très douces qui permettent de rétablir l’équilibre de cet axe. Les raisons pour un ostéopathe d’effectuer un diagnostic crânien sont extrêmement larges car de multiples facteurs peuvent en perturber le fonctionnement :

  • sur le crâne (déséquilibre dentaire, déséquilibre oculaire, déséquilibre dû à la naissance chez l’enfant…),
  • sur le sacrum (chute sur les fesses …)
  • ou tout ce qui se situe entre ces deux os.


FONCTIONNELLES (TISSULAIRES):

Ces techniques sont spécialement adaptées pour le traitement des fascias et des viscères. Ce sont des techniques douces et plus ou moins perceptibles en fonction des tissus engagés. Le succès de ces techniques réside dans le dialogue entre le corps du patient et les mains du thérapeute (qui sentent, voient et écoutent).

Le thérapeute sollicite le corps avec des micros mouvements et encourage la mobilité des tissus et des articulations qu’il obtient en réaction.

La particularité du fascia est son rôle de mise en relation de tous les éléments anatomiques les uns avec les autres. Par l’intermédiaire de points d’appuis et de différentes structures l’ostéopathe va permettre d’aider le patient à se corriger, même si ces techniques sont d’une extrême douceur.

 

En conclusion, le corps est composé d’un assemblage de systèmes (cf ostéo pour qui? pour quoi?), chacun ayant son propre rôle, et étant étroitement lié aux structures adjacentes. Un traitement est souvent l’occasion de combiner plusieurs types de techniques.

 

 


Un aperçu des fascias grâce aux travaux du Dr GIMBERTREAU – « promenade sous la peau » (vidéo de chirurgie).

Retrouvez les autres vidéos du Dr GIMBERTEAU.